Vélo partagé détérioré

Gobee.bike tire sa révérence à Bruxelles, Reims et Lille

Si vous suivez l’actualité du VLS, le nom Gobee.bike ne vous est pas inconnu. Cette start-up créée à Hong Kong par de jeunes français a pour ambition de révolutionner le vélo libre-service.

Mais c’est désormais officiel, Gobee.bike a décidé d’arrêter son activité à Bruxelles ainsi qu’à Lille et Reims. La start-up s’était implantée dans ces 3 villes en 2017.

Pour le moment, les vélos sont toujours présents à Paris et Lyon.

Le vandalisme, ennemi implacable des opérateurs de vélos libre-service

Le vandalisme impacte négativement le VLS

La raison de ce repli est simple : Gobee.bike fait face à une quantité d’actes de dégradation et de vandalisme trop importante pour pouvoir poursuivre l’activité.

Voici d’ailleurs le communiqué que l’entreprise a transmis à ses abonnés : « Ces dernières semaines, le vandalisme et les dégâts causés à notre flotte ont atteint des limites que nous ne pouvons plus surmonter. Nous étions prêts à prendre ce risque et investir nos ressources aussi bien financières qu’humaines ainsi que notre temps mais les nouveaux vélos ont à nouveau été vandalisés après quelques heures ».

La réussite du VLS est synonyme d’avancées pour l’environnement et d’une meilleure qualité de vie en zone urbaine. La solution qu’offre Gobee.bike a donc atteint ses limites et impulse une remise en question du service.

Selon un  article de la RTBF, le ministre bruxellois de la Mobilité, Pascal Smet, se désole du dénouement à Bruxelles. En effet, la capitale belge, souhaite développer les mobilités douces dans les années à venir, et le départ de Gobee est vécu comme un revers important.

Et à Reims, le bilan n’est guère meilleur : 380 vélos sur les 400 déployés étaient hors-service après 2 mois d’exploitation ! La question reste de savoir ce qui motive les gens à détruire ce service.

Et si la solution était le vélo ?

La sécurité des VLS

Afin de réduire le vandalisme sur les vélos partagés, l’implication des collectivités locales est essentielle.

Mais un vélo robuste et inviolable ou presque, est bien plus difficile à dégrader qu’un vélo « standard ».

Pour cette raison, notre Titibike by Ecovélo a une résistance 4 fois supérieure à celle d’un VTT, et dispose d’un cadre à toute épreuve. Le matériel de qualité a été sélectionné pour éviter ce genre de dérives.

Voilà pourquoi nous avons tant investi dans la conception et le développement de la partie sécurité de notre vélo.

Une question ? Une demande de devis ? Contactez-nous !

No Comments

Post A Comment