plan national vélo

Plan national vélo : la mobilisation continue

Rappelez-vous, au mois de février on vous annonçait que le gouvernement français souhaitait mettre en place un plan national vélo, véritable politique favorisant les déplacements en deux roues. Alors quelques mois après, qu’en est-t-il ? 

De nombreux soutiens

Le 22 avril dernier, plus de 200 parlementaires ont manifesté leur soutien à la FUB, Fédération française des usagers de la bicyclette, en signant une tribune publiée dans le Journal du Dimanche. Ils invoquent ainsi le fait que la France ait « 20 ans de retard » par rapport aux autres pays Européens. « le tout-voiture est aujourd’hui dans une impasse, dans un contexte de saturation des routes, de la hausse du prix des carburants et de la nécessaire réduction des émissions de CO2«  » assure Sarah El Haïry, députée de Loire Atlantique.

Par ailleurs, la FUB a annoncé que de nombreux maires manifestaient également leur intérêt pour la financement national du plan vélo. Ainsi, Anne Hidalgo maire de Paris, Alain Juppé maire de Bordeaux, David Kimelfeld président de la Métropole de Lyon, ou encore Johanna Rolland maire de Nantes, font parties de la longue liste de personnes souhaitant voir ce plan exécuté.

 

Un budget de 350 millions d’euros souhaité

Afin de mettre en place de plan national vélo, le Conseil d’orientation des infrastructures a préconisé la mise en place d’un plan vélo de 350 millions d’euros sur quatre ans. Cette enveloppe financière, a été calculé à hauteur du retard estimé.

De plus, les investigateurs du projet souhaitent la « mise en place d’appels à projets réguliers qui permettront aux petites communes de se mobiliser« . Aujourd’hui, près de 7 millions d’actifs sont en situation de « précarité mobilité« . Cela se traduit par des exclusions du marché du travail : en 2017, un jeune sur quatre aurait refusé un emploi ou une formation du fait de l’absence de moyen de transport.

Espérons que cette mobilisation générale puisse jouer en faveur de la mobilité douce.

 

Franck

Tags:
Pas de commentaire

Commenter