Logo de Uber

Uber se lance dans le vélo libre-service à San Francisco !

Tout le monde connaît Uber. Au moins de nom.

Il s’agit, pour rappel, d’une start-up américaine, devenue en quelques années un géant du VTC. L’entreprise fait travailler environ 2 à 3 millions de conducteurs indépendants dans le monde. Sa valorisation boursière est l’une des plus importantes au monde, pour une société non cotée en bourse. Son ex-PDG extravagant a fait la une des journaux pendant des années…

Uber a aussi provoqué la colère de nombreuses agglomérations et de compagnies de taxis, un peu partout dans le monde.

Son dernier projet a vraiment attiré notre attention. En effet, Uber a décidé de mettre à profit son application de réservation de VTC pour favoriser les transports doux, en particulier des VLS.

C’est un changement important à noter, car il est en rupture avec les codes habituels de notre marché. Mettre à profit une technologie existante pour proposer de la location de vélos libre-service permet de faciliter l’accessibilité au service.

Jump, la start-up associé à Uber dans le VLS

Photo d'un vélo Jump

Vélo Jump. Source : venturebeat.com

Parmi les nombreuses entreprises américaines qui se lancent dans le VLS, il y a Jump.

Jump propose une solution de VLS similaire au Titibike, notre propre vélo libre-service.

Leur vélo est à assistance électrique, ne nécessite pas la construction de stations de vélos (ce qui permet des économies substantielles) et est géolocalisable.

Selon leur site Web, les vélos Jump ne sont pour l’instant disponibles qu’à San Francisco et Washington, DC. Mais parions que ce partenariat avec Uber permettra à la start-up de se lancer dans d’autres villes ! Jump devrait en effet bénéficier d’une couverture médiatique importante grâce à son association avec Uber.

Les détails du projet pilote de vélos libre-service avec Uber

San Francisco : le Golden Gate bridge

C’est dans la ville très pentue de San Francisco que le projet-pilote aura lieu.

Les clients d’Uber pourront réserver l’un des 250 vélos proposés par Jump, directement via l’application mobile d’Uber.

Précisons que les vélos appartiennent bien à Jump et non à Uber, qui se contente de les proposer dans son application.

Un géant du transport urbain s’intéresse au vélo libre-service, électrique qui plus est ! Ce partenariat marque un nouveau tournant pour le marché du VLS.

Si vous envisagez de proposer un vélo libre-service dans votre campus universitaire, dans votre entreprise ou dans votre agglomération, contactez-nous. Le Titibike est fait pour vous !

Pas de commentaire

Commenter