avenir-du-velo-confinement

L’avenir du vélo après le confinement

Les mesures de confinement mises en place un peu partout en Europe et dans le reste du monde, ont eu très nettement une répercussion sur la pollution. En effet, celle-ci est en baisse grâce notamment à la diminution des émissions du trafic routier et des industries. Vous pouvez d’ailleurs retrouver la carte de l’Ineris qui permet de visualiser quotidiennement les effets du confinement sur la pollution.

Il est alors essentiel d’en tirer une leçon pour l’après confinement. La pollution de l’air est soupçonnée d’aggraver les risques liés au Coronavirus selon les chercheurs de Harvard University. 

Les mesures prisent dans le monde

En ce sens, plusieurs villes veulent privilégier la pratique du vélo pour les trajets du quotidien. Nous pouvons citer comme exemple les villes de Bogota, Berlin, Oakland ou encore New-York. Ces dernières ont profité du confinement pour aménager des pistes cyclables, fermer certains axes aux véhicules motorisés ou encore encourage la population à se déplacer à vélo. En effet, celui-ci permet le respect des distanciations sociales. D’ailleurs, en Allemagne la pratique du vélo est là aussi fortement recommandée pendant le confinement. 

Les mesures en France

De nombreuses agglomérations françaises souhaitent donc suivre ces exemples. En effet, après le confinement beaucoup de personnes ne désireront plus emprunter les transports en commun, lieux de transmission du virus. Cependant, ce n’est pas pour autant que celles-ci devront recourir à la voiture personnelle pour leurs déplacements quotidiens. Cela engorgerait les villes et la pollution augmentera en flèche ! 

La FUB conseille alors l’installation de pistes cyclables provisoires sur des axes entiers grâce à des plots béton ou de gros blocs de plastiques. Il sera également essentiel de créer des parkings à vélos provisoires. 

En Île-de-France, l’usage du vélo a été multiplié par 2 depuis la période des grèves. En effet, on dénombrerait plus de 800 000 personnes par jour qui circulaient à vélo avant le confinement. La ville travaille alors sur l’aménagement d’un « RER-Vélo » qui serait composé de 9 lignes cyclables, l’objectif étant de favoriser le vélotaf après le confinement. 

Il est donc essentiel de réfléchir et de mettre en place des aménagements cyclables afin de limiter la pollution de l’air et ainsi la propagation du virus ! 

Si vous désirez avoir plus d’informations sur le monde des vélos en libre-service, suivez-nous sur les réseaux sociaux.

No Comments

Post A Comment