villes et politiques cyclables

ZOOM : 3 villes où l’utilisation du vélo ne progresse pas

Certaines villes tardent à mettre en place des politiques cyclables. Ici nous allons évoquer les exemples de Lille, Nantes et Rouen. 

Lille 

La ville de Lille a généralisé le 30 km/h au sein de son agglomération. Elle a également mis en place une zone à faibles émissions, mais n’a pas fixé d’objectif de sortie du diesel ou de l’essence. La complexification de la circulation en centre-ville a favorisé l’utilisation du vélo, avec un bon de +42%. 

En revanche, cela n’a pas suffit pour développer la pratique du vélo à Lille. Le budget peut en témoigner. En effet, celui-ci est à moins de 10€ par vélo/an/habitant. Cela peut s’expliquer par un manque de concrétisation du projet réseau express vélo. Le nombre de stationnements de vélos est le plus faible de France, avec 1 stationnement pour 114 habitants. 

Pour finir, le service de location longue durée a pris fin en 2018. 

Nantes

En ce qui concerne la ville de Nantes, une tarification solidaire est proposé pour les usagers des transports. Des actions spécifiques pour les enfants ont également vues le jour (par exemple des rues scolaires, etc).

Cependant, la pratique du vélo s’avère difficile à Nantes. Le cabinet danois Copenhagenize, spécialisé dans l’urbanisme cyclable, a même supprimé la ville de son classement !
En effet, le réseau vélo est incomplet, la ville ne possède pas de réseau express vélo. De plus, le nombre de stationnements pour vélos est largement insuffisant. Tout ceci explique donc la faible part modale du vélo à Nantes, qui est de 3%.

Rouen

La dernière métropole que nous allons étudier est celle de Rouen.

La ville propose quelques expérimentations comme les box à vélos ainsi qu’une nouvelle prime pour l’achat d’un vélo à assistance électrique, d’un vélo pliant ou encore d’un vélo cargo.

Cependant l’usage du vélo reste faible. En effet, à Rouen les pistes cyclables restent rares. Bien souvent cela se traduit par un tracé sur un trottoir. Certaines voies de bus sont même interdites aux cyclistes. La place de la voiture est alors toujours aussi importante en centre-ville et en périphérie, où le vélo est quasi inexistant.

Ces villes ont besoin d’améliorations en ce qui concerne leurs politiques cyclables afin que le vélo devienne un véritable moyen de transport.

 

N’hésitez pas à lire notre article sur les 4 villes où l’utilisation du vélo progresse !

Si vous désirez avoir plus d’informations sur le monde des vélos en libre-service, suivez-nous sur les réseaux sociaux.

No Comments

Post A Comment